Gâteau parfait aux pommes, pour aller au poney.

Il me fallait un dessert à manger sans assiette, ultra simple mais bon quand même : pas un truc sec ou bourratif et on n’a pas envie de finir sa part. Il fallait, comme je l’ai dit, que ce soit très simple parce que, et ceux qui me suivent le savent, je traverse une période de grande sobriété culinaire, d’aucun dirait de fainéantise ou manque de motivation (d’aucun n’a pas forcément tort). J’admets… ça fait 2 mois que j’ai pas posté sur ce blog mais me revoilà en lice avec … tadam.. un gâteau. (ma participation pour la coupe du monde de pâtisserie).

Introspection et questionnement

La veille du jour du gâteau je ne savais encore pas quel dessert faire (typique hésitation). Et j’avais pas envie de faire. Je me suis dit que c’était exactement cela que devaient ressentir ceux pour qui cuisiner est une corvée, quand ils lancent une invitation à dîner : la morne angoisse et les jurons en feuilletant les livres de cuisine, les soupirs d’ennui en se baladant sur les blogs culinaires.

Ferais-je partie de ce groupe de personnes maintenant ? Je ne crois pas… attendez, serais-je une blogueuse désabusée et écoeurée qui se force à écrire régulièrement, douloureusement, sur son blog? tout de même…Non. Non. Oh la ! Le blogueur qui se force, c’est plus courant qu’on ne le croit! Mais c’est pas mon cas, nan, nan, moi, et l’espacement des derniers articles le prouvent, je ne me force pas. Si je ne le sens pas, je n’écris pas de post. D’ailleurs, un mot là-dessus, c’est pas parce que j’écris moins régulièrement (rarement même) que la flamme ne reviendra pas. Je sais qu’elle reviendra, je le sens. Qui m’aime me suive.

Yaourt et poneys

Revenons à la star le jour : le gâteau au yaourt. Comme pour beaucoup, c’est la première chose que j’ai maîtrisé en cuisine. Je le faisais dans le moule à baba de ma mère. Parfois on mettait des pommes dedans, quelle audace… !;) Quand j’étais petite je faisais du poney. Rien à voir avec le gâteau ? Attendez. Quand un petit cavalier du groupe tombait de sa monture, il devait apporter un gâteau la semaine suivante. Et devinez quel gâteau je faisais immanquablement ? (Ouais, je devais tomber beaucoup). Donc quel gâteau pour le mercredi suivant, hein? Et bien ma spécialité au yaourt. Toujours. On ne change pas une équipe qui gagne. En parlant d’équipe, quand je suis passée aux chevaux et aux concours, celui qui faisait le plus mauvais classement du week-end rapportait… l’apéro : nettement moins choupi que le « shetland-crinière touffue-gâteau au yaourt » du mercredi après-midi.

Gâteau au yaourt aux pommes caramélisées, pour le goûter :

1 yaourt nature – le contenu de ce pot de cassonade – 3 pots de farine3 oeufs – 3/4 de pot de yaourt d‘huile neutre (tournesol par exemple) – 1/2 pot de yaourt de poudre d’amande – 1/2 sachet de levure chimique – 2 pommes et une poire – du beurre (pour caraméliser et pour le moule) – une poignée de sucre

Préchauffez le four à 180°

Lavez, épluchez et coupez les fruits en cubes. Faites fondre une noix de beurre dans une poêle et y faire caraméliser les fruits avec une bonne poignée de sucre.

Videz le yaourt dans un saladier avec les oeufs et l’huile. Touillez. Ajoutez les poudres: la farine avec la levure, la poudre d’amande et la cassonade. Ajoutez les fruits caramélisés et versez le tout dans un moule beurré

Cuisson 25′ max, à 180°: quand la lame d’un couteau ressort à peine sèche, arrêtez la cuisson. (Attention danger: gâteau trop cuit).

A bientôt j’espère.

About these ads

6 Commentaires

  1. Miam ! J’en salive ! Bisous !

  2. Je plussoie carrément cette recette, notamment parce que c’est facile, parce que c’est bon, et parce qu’heureusement, le blog ne se quantifie pas, il se qualifie. Reste donc sur des recettes certes espacées mais gâte nous avec des trucs de folie! :) Ne culpabilise pas!
    Gros bisous

  3. Ah enfin te revoilà, tu sais que j’ai pensé à toi ??? Eh oui ! en plus tu nous reviens avec une recette qui nous rappelle à tous et à toutes notre enfance, les bons gâteaux réconfortants (d’après-chute de poney, ou pas !;-)..
    Bises +++
    caro’

  4. mirbreizh

    ce n’est plus le temps de la galette des rois,
    et voici le temps d’un gateau de roi:
    le gateau aux yaourt!,garniture au choix
    toujours apprécié ,vrai gateau de choix,
    à garder au chaud par ces temps de froid.
    la mère veille ,
    conte de la mère l’oie ou( lesconi)l’oise

    je vais me mettre au four…
    je le ferais bien aux noisettes(un inédit pour moi)
    histoire de changer de la frangipane de janvier

  5. mirbreizh

    ha! gast,
    c’est pas le jour du gateau yaourt,ma doué!
    c’est la chandeleur ,
    et donc vive les crampouz douz
    et les galetez eddu
    mam’ breizh

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 52 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :